Principales actions de notre programme en proximité dans les quartiers de la ville

Besançon par nature - Mon quartier

Par nature citoyens

Les citoyen·ne·s participent quand ils en perçoivent l’utilité. Ils s’investissent plus volontiers dans les associations car le résultat de leur investissement est visible. Pour l’équipe Besançon par nature, il est aujourd’hui indispensable de donner l’opportunité de faire vivre la démocratie et la participation à toutes les politiques publiques.

  • Des rencontres – forum tous les six mois par quartier ou par thème avec des échanges directs « speed-dating » entre les citoyens et les élus.
  • Une Assemblée citoyenne permanente concernant les grands chantiers et les politiques de la ville.
  • Une « boite à outils citoyenne » : budget participatif, consultations, conseils citoyens,…

Par nature partagés, propres et verts

Un espace public partagé et respecté.

  • Une ligne directe téléphonique et application propreté – environnement pour une intervention la plus rapide.
  • Une brigade anti-tag maintenue qui permet de nettoyer rapidement les murs et portes endommagées, tout en proposant des espaces de libre expression.
  • Une ville renaturée en proposant un urbanisme adapté au changement climatique et à la biodiversité, qui permette à chacun d’habiter à proximité d’un îlot de fraîcheur.
  • Des jardins participatifs partagés et une agriculture urbaine sur notre territoire grâce à une approche globale de la gestion des espaces agricoles à l’échelle de la communauté urbaine

Par nature interconnectés

L’organisation de la mobilité et l’offre des modes de transports constituent un des enjeux sociétaux, tant sur le plan social (le droit à la mobilité pour tous) qu’économique (nombreux emplois concernés) et très impérativement écologique. Dans l’objectif de lutter contre le réchauffement climatique, les pollutions sonores et atmosphériques et l’ensemble des nuisances générées par ces déplacements, l’équipe Besançon par nature développera et organisera toutes les alternatives à l’utilisation de la voiture individuelle, en développant plus particulièrement les modes actifs (marche à pied, vélo, etc.), le covoiturage, l’auto partagée et les transports en commun.

  • Un réseau de transports en commun amélioré dans sa capacité et sa desserte du territoire.
  • Un schéma cyclable consolidé en collaboration avec les usagers et consacrerons, dès 2020, deux millions d’euros par an (investissement x2) à la sécurisation et au développement du réseau cyclable (pistes, bandes, voies vertes…).
  • Un schéma piéton basé sur l’urbanisme de proximité visant à favoriser les déplacements piétons et limiter les déplacements contraints.

Par nature apaisés

L’insécurité et le sentiment d’insécurité ne sont pas acceptables. Si la sécurité dépend de l’État, la ville a son rôle à jouer pour améliorer, voire restaurer la tranquillité publique, et retrouver des quartiers apaisés. Pour faire face aux incivilités qui dégradent le quotidien des habitants, appliquons les lois qui existent déjà. La sécurité c’est le respect de la République

  • Une demande d’un nouveau commissariat sur l’est bisontin.
  • Une présence de la police municipale pour lutter contre les incivilités et stationnements sauvages, grâce aux effectifs en augmentation lors du mandat précédent (création de 20 postes).
  • Une verbalisation effective des actes d’incivilité (rodéo urbain, stationnement, déchets, nuisances sonores, affichages sauvages, tags…).
  • Des rencontres entre la police et la population, dans les quartiers, dans un lieu neutre, en y associant les acteurs de terrain (médiateur des bailleurs, éducateur de prévention, assistant sociaux, etc.) à partir des cellules de veille existantes.
  • Une vaste concertation sur la prévention de la délinquance avec tous les partenaires et acteurs par quartier.

Par nature éducatifs

Éducation, compétence partagée entre la ville et l’éducation nationale, sera une politique municipale prioritaire pour l’équipe Besançon par nature. Elle souhaite contribuer, avec les familles et les autres acteurs de la ville, à transmettre les valeurs de respect des autres et de l’environnement, de solidarité, de coopération et d’ouverture au monde afin que chaque enfant ait les moyens de devenir un citoyen émancipé et épanoui dans la société.

L’école doit s’ouvrir à l’éducation populaire, à la vie du quartier et à la ville. Comme « il faut tout un village pour élever un enfant », « il faut tout un quartier pour faire une école ».

Besançon, ville éducative L’enjeu est de favoriser la réussite éducative de tous les enfants, adultes de demain, et de lutter contre les inégalités.

  • Un programme de rénovation d’écoles sans précédent (multiplier par 3 le budget investi chaque année) : accueil des enfants porteurs d’un handicap, adaptation au changement climatique, oasis / ilots de fraicheur, jardins de biodiversité.
  • Des coordinateurs éducation et familles en sollicitant les intervenants déjà présents (référents périscolaires, directeurs accueil de loisirs, accompagnants à la scolarité, à la parentalité…).
  • Une déclinaison du projet éducatif de la ville par quartier en lien avec les projets d’école. → Un conseil éducatif de territoire, réunissant plusieurs conseils d’écoles : mettre en synergie toutes les actions des écoles et accueils de loisirs dans chaque quartier.
  • Un soutien aux maisons et comités de quartier pour l’accompagnement à la parentalité (cafés parents, conférences/ateliers, …).

Par nature respectueux de toutes et tous

Partout dans le monde et quelle que soit la diversité des conditions féminines, les femmes ont toujours des droits à conquérir et à défendre. L’espace public c’est l’espace du commun, de la rencontre, du partage…. Favoriser le bien-vivre ensemble. L’équipe Besançon par nature repensera l’espace public et les mobilités courtes pour sécuriser les femmes : il s’agira de reconquérir l’espace public en prenant en compte l’égalité femme/homme avec trois expérimentations :

  • Un réseau de commerce « refuge ».
  • Un système d’arrêt à la demande entre deux arrêts dans les bus.
  •  Un diagnostic complet des sites à risques sur la question du harcèlement de rue…
  • Une étude avec les bailleurs sociaux pour des dispositifs d’accueil et de présence humaine à mettre en place dans et autour de leurs immeubles (espaces verts et urbains, accueil d’immeubles, etc..).
  • Une « maison des femmes » : des relais dans les quartiers.

Par nature en transition

Une politique d’urbanisme permet d’avoir la maîtrise de la qualité du développement du territoire. Elle engage nos responsabilités durablement ce qui impose l’intégration des nouveaux enjeux. Transformer Planoise en éco-quartier en s’appuyant sur ses atouts (espaces verts, réseau de chaleur, citoyens engagés, transports en commun, jardins partagés) tout en répondant aux urgences actuelles.

  • Un étalement urbain qui favorise les déplacements et lutte contre l’artificialisation des sols.
  • Des constructions d’immeubles collectifs à proximité de lignes de transport en commun favorisées.
  • Un plan de logements adapté aux seniors, et aux personnes en situation de handicap.
  • Des programmes de réhabilitation et de rénovation soutenus afin d’atteindre les 3000 logements par an sur l’agglomération.
  • Un organisme foncier solidaire, outil de lutte contre la spéculation immobilière.
  • Des habitats participatifs et intergénérationnels encouragés et des éco lieux accessibles à tous en favorisant l’émergence de nouveaux projets.
  • Une construction et une rénovation à basse consommation énergétique (bâtiments passifs et positifs) soutenue.

Par nature accessibles et solidaires

Demain, l’équipe Besançon par nature s’engagera à renforcer l’ensemble de ses outils pour construire une ville de tolérance, une ville du vivre-ensemble, une ville d’égalité et de solidarité. Les services publics sont essentiels à la vie de nombreu·ses·x Bisontin·e·s. Ces dernières années, leurs moyens ont été diminués ou leur accès rendu plus difficile sur l’ensemble du territoire. Alors que les inégalités ne cessent de s’accroître et que les besoins en matière d’accès aux droits et à la santé n’ont jamais été aussi forts, cette évolution est inacceptable. Les services publics constituent le lien essentiel entre les citoyens et leur administration.

  • Un renfort, au cœur des quartiers, des actions du centre communal d’action sociale avec les associations de terrain pour démultiplier l’action de la collectivité.
  • Un réseau des épiceries sociales soutenu et l’accompagnement de l’ouverture d’une épicerie solidaire sur le quartier de Planoise.
  • Une étude sur le reste à vivre des habitants pour amplifier les dispositifs existants autour notamment de la tarification de l’eau et de la lutte contre la précarité énergétique.
  • Un centre de santé dans le nord-est bisontin et des communautés locales de réseau santé.
  • Un bus des services au public pour faciliter l’accès de tou.te.s les habitant·e·s à leurs droits et lutter contre la fracture numérique.
  • Une maison des services au public sur le quartier de Palente – Orchamps.
  • Un accompagnement pour lutter contre la fracture numérique en mettant en place une assistance et des formations régulières dans les Espaces Publics Numériques des maisons de quartier, comités associatifs…

Par nature animés, sportifs et culturels

  • Des semaines d’activités « tickets sports culture », à l’exemple de Vital’été, dans les quartiers durant les vacances scolaires.
  • Le maintien gratuité dans les bibliothèques et médiathèques – avec une politique de lecture publique décentralisée – et élargirons les temps et sections gratuites dans les musées.
  • La pratique amateur et d’éducation populaire soutenue et développée avec les associations sportives et culturelles et de quartier.
  • Une offre interculturelle comme vecteur du lien social par des actions et temps forts dans les quartiers.
  • Des animations de l’espace public à l’occasion par exemple des journées « La Rue est à nous » dans les quartiers de la ville.

Pour des maisons de quartier proches des habitant·e·s

Les maisons de quartier sont des lieux de vie, d’échanges et de partages, des lieux accessibles à tou·te·s, à la présence humaine renforcée, des cœurs de vie à l’origine des fêtes de quartiers, des points de référence où l’on se cultive, où l’on apprend, où l’on trouve de l’aide quand on en a besoin et où l’on recrée du lien.

Nous réaffirmerons que les maisons de quartier municipales et associatives sont de véritables centres sociaux et socioculturels à l’échelle des quartiers : elles sont des lieux indispensables d’accueil pour les familles, des lieux de vie pour la jeunesse, des lieux de rencontres et de fêtes pour les associations, des lieux d’exercice de la citoyenneté, des lieux d’animation sportive et d’expression culturelle. C’est ici que la coordination des actions éducatives et des projets sociaux de territoire doit être localisée où se rassemblent les acteurs et associations du quartier autour de projets partagés. Elles doivent être des facilitateurs pour l’accès et l’information sur l’ensemble des services, droits et dispositifs communs.

Taille des caractères
Fort contraste