Une ville attractive, une économie durable, des emplois protégés

L’emploi, l’entreprise et l’attractivité de la ville sont au cœur des préoccupations de l’équipe Besançon par nature. Lors du premier tour nous faisions de la transition écologique une opportunité pour proposer une économie durable et des emplois protégés.

Après le COVID et avec le second tour, nous en faisons une urgence pour réduire les effets de la crise dans l’immédiat et pour en tirer leçon pour le moyen et long terme.

L’économie doit être accompagnée par la Ville et la Communauté urbaine. La crise actuelle nous montre que les collectivités sont pleinement des partenaires pour y répondre. Elles ont une responsabilité d’accompagner les mutations économiques, sociales et environnementales des territoires.

Besançon et sa communauté urbaine ont de nombreux atouts : une université et des laboratoires de recherches de niveaux internationaux, des filières d’excellence comme la microtechniques, l’optique, l’environnement, les sciences humaines et le sport, les mobilités, l’horlogerie, le numérique, un riche écosystème d’entreprises (TPE, PME, PMI…) et de structures d’accompagnement (pépinières, agences, incubateurs…), mais aussi un foisonnement de professionnels de la culture et du sport et de l’ingénierie de l’environnement…

Besançon c’est aussi un patrimoine naturel et historique exceptionnel, une offre culturelle, sportive et associative qui donnent envie de s’y installer, un réseau commerçant qui donne de la force à notre centre-ville, sur lequel il faut s’appuyer.

Besançon c’est une ville aux équipements (notre programme veut les renforcer) pour accueillir les familles, les enfants, les étudiants,… C’est une ville dont les atouts d’attractivité pour les entrepreneurs, les créateurs, les salariés, les cadres, assurent la qualité de vie recherchée au moment de l’installation, au moment des choix d’implantation, au moment d’accepter un nouvel environnement professionnel…

Les priorités de Besançon par nature sont :

  • Engager un investissement massif climat-solidarité en lien avec les acteurs économiques, environnementaux et sociaux.
  • Proposer des facilités pour les entreprises qui relocalisent l’activité et l’emploi : locaux, exonérations, communication, métiers partagés…
  • Soutenir et développer notre tissu d’entreprises petites, moyennes et intermédiaires.
  • Travailler ensemble les solutions énergétiques, de logistique, de gestion des déchets…
  • Créer un TEMIS Développement durable (filières de transition écologique) pour faire émerger des activités innovantes qui répondent aux enjeux écologiques et sanitaires.
  • Développer l’économie circulaire et l’économie sociale et solidaire en favorisant l’insertion et le lien social.
  • Réunir les acteurs de l’emploi et de la formation, les représentants des salariés, travailler ensemble sur la cohérence formation / métiers de demain.
  • Favoriser, préserver les commerces de proximité et du centre-ville et mettre fin aux extensions accordées aux grandes zones commerciales.
  • Organiser des rendez-vous culturels et sportifs pour renforcer  leur activité et l’attractivité de la ville.

L’équipe Besançon par nature s’appuiera en urgence dès juillet sur « Pacte régional pour l’économie de proximité » de la région, à majorité de gauche, Bourgogne  – Franche-Comté (dont 1 million d’euros d’aide directe aux entreprises).

Relocaliser notre économie et nos emplois

La crise du Covid-19 a mis en lumière la vulnérabilité des entreprises face à une économie globalisée. Les effets principaux ont porté sur leur trésorerie. Les plus petites très nombreuses ont été particulièrement impactées. Certaines entreprises se sont parfois retrouvées en difficulté du fait du manque de matière première, parfois seulement d’une pièce ou un emballage pour pouvoir fabriquer et livrer leur produit.  L’objectif de Besançon par nature est de réunir tous les acteurs économiques y compris du tourisme, de la culture, des sports, … – pour travailler aux moyens de relocaliser des activités et avoir une stratégie cohérente de valorisation et d’intervention publique.

  • Nous proposerons des facilités aux entreprises qui relocalisent l’activité, protègent l’emploi et les conditions de travail : locaux, exonérations, communication,…
  • Nous devons consolider la chaine de valeurs des entreprises.
  • Nous favoriserons les entreprises d’insertion, en particulier via les clauses d’insertion  dans  les  marchés  publics  ou  l’entrepreneuriat  individuel  notamment  le  portage en coopérative d’activité.
  • Nous proposerons également  une  conférence annuelle de l’emploi et de l’insertion : un  rendez-vous  avec  les  établissements (employeurs, représentant des salariés)  pour  une  meilleure  communication  de  leurs  attentes  et  besoins  en  correspondance  avec  les  emplois  disponibles  et  les  compétences des personnes employables.
  • Nous  veillerons  également  avec  la  région  et  les  entreprises  à  la  pertinence  de  l’offre  de  formation  du  territoire.  En  particulier,  la  cohérence  entre  l’offre  de  formation  professionnelle  et  les  emplois  disponibles et métiers de demain est un facteur  essentiel pour  l’emploi, mais également pour l’attractivité bisontine.

« Nous avons été les premiers à penser  que l’investissement était la clé de voute  de la stratégie économique de territoire. »

Transition écologique : anticiper l’économie de demain, construire l’attractivité d’aujourd’hui

La Transition écologique de notre territoire trouverait une terre d’expérimentation du Green deal européen. C’est une opportunité d’adopter de nouvelles filières, de réimplanter l’entreprise, d’innover dans le management et de faire d’un territoire comme le nôtre une source d’autonomie pour ne pas continuer à dépendre de systèmes lointains.

D’aucuns parlent à mauvais escient de décroissance quand il est question d’innovation, de transformation, de meilleures gestions de nos ressources, de moindre risque environnemental et social, mais à coup sûr de développement tant économique qu’humain.

Avec notre futur grand budget pour le climat, co-construit avec les acteurs économiques et sociaux, c’est plus de 20 millions d’euros qui seront investis chaque année dont la moitié pour la rénovation des écoles et des crèches. Autant d’énergies déployées pour soutenir les filières BTP et Développement durable.

Ces 20 millions sont issus de l’emprunt pour le budget de la Ville.

Soyons clairs : ils sont identifiés, financés, et supplémentaires à la dynamique d’investissements déjà engagés depuis des années.

Ils sont un levier pour lever d’autres financements.

C’est une proposition faite avant même la situation économique actuelle. Nous voulons engager notre territoire dans la transition. Désormais nous voulons porter l’économie locale de façon urgente et toujours orienter une économie vers un futur désirable.

Concernant la communauté urbaine, l’ambition que nous voudrons proposer à partager aux communes de notre intercommunalité peut sans difficulté s’engager dans un budget d’investissement tout aussi important pour accompagner nos projets d’infrastructure (pistes cyclables, énergie renouvelable,…), nos projets de rénovation thermique, de requalification des zones d’activités, nos projets de restauration environnementale (nos terres agricoles, nos milieux forestiers, nos connexions écologiques), nos grands projets comme la requalification des campus, et les équipements touristiques, culturels et sportifs… Nos projets seront ceux de la communauté urbaine toute entière.

L’écologie sera au cœur de nos politiques économiques et permettra d’innover et de bâtir avec les acteurs du territoire l’attractivité du territoire et les emplois de demain.

  • Nous  créerons  un  TEMIS  Développement  durable  qui permettra de faire émerger des activités de transition écologique en nous appuyant sur nos atouts que sont les laboratoires de recherches, les filières actives au niveau régional, les entreprises et les associations en pointe dans ces domaines.
  • Nous favoriserons les commerces de proximité et du centre-ville et proposerons un « moratoire »  au  niveau  de  la  communauté  urbaine  afin de mettre un coup d’arrêt au surdimensionnement des surfaces commerciales, nuisibles au commerce de proximité (centre-ville et quartiers).
  • Nous travaillerons le fléchage pour le centre-ville depuis les territoires périphériques (depuis le plateau vers le centre historique).
  • Nous rendrons les transports en commun gratuits les samedis pour faciliter les déplacements dans la ville.
  • Nous organiserons des rendez-vous culturels et sportifs pour renforcer l’attractivité de la ville par l’évènementiel dans le centre-ville et aussi dans une dynamique plus locale comme « la rue est à nous ».
  • Nous proposerons une plateforme  logistique  à  proximité  pour un système de livraison des commerces (dernier km).
  • Nous rénoverons et moderniserons les différentes zones d’activités économiques et  résorberons  les  friches  industrielles.  Nous  veillerons  en  particulier  à  l’accès  aux  infrastructures numériques.
  • Nous encouragerons le développement du « low tech » et favoriserons  la  création  de  liens  et  de  partenariats  entre  différents  secteurs  de l’économie locale afin de favoriser le développement de filières de l’économie circulaire.
  • Nous accompagnerons une filière numérique moins consommatrice à moindre impact écologique.

Création d’activité : construire ensemble la stratégie de territoire

L’existence de ce tissu riche d’entreprises est essentielle au développement de l’emploi et de l’économie sur le territoire. Il est essentiel que l’on puisse voir sur les territoires des entrepreneurs très solides par leurs compétences mais aussi par la construction de réseaux économiques. Les chambres consulaires, les clubs d’entreprises, les fédérations, les associations diverses doivent pouvoir se constituer en réseaux et ainsi devenir plus agiles.

Nous demanderons demain le droit d’expérimenter de nouvelles collaborations entre le monde économique, créateur de richesse et d’emploi, et les collectivités et leurs habitants.

L’entreprise demande à être entendue par les acteurs des territoires, les collectivités demandent à partager leurs objectifs, Besançon par Nature veut fait de notre territoire un fer de lance de la Transition.

En travaillant avec les chambres consulaires, mais aussi les fédérations, confédérations, unions et toutes les formes collectives qui rassemblent des secteurs d’activités, nous construirons ensemble une véritable stratégie économique de territoire

  • pour envisager la création d’entreprises ou relocalisation,
  • sans continuer à dévorer les terres agricoles,
  • et générer des déplacements dus aux liaisons domicile travail et fret.
  • garantir la cohérence de nos actions pour une dynamique de développement durable et novatrice.

Dans le cadre de cette concertation, nous travaillerons à la mise en place d’une marque commune du territoire d’entreprise qui associera l’économie de l’entreprise et l’économie générée par le monde culturel, sportif, de loisirs et plus largement de tout le tissu associatif.

Nous associerons également les établissements publics, créateurs d’emploi, sources d’expertise et de formation.

Beaucoup de petites entreprises peinent à se retrouver dans le système d’aide actuel et souffrent ainsi d’une grande vulnérabilité alors qu’elles sont bourrés de talents. La force de la mutualisation permettra demain de les accompagner pleinement dans leurs efforts de recherche et de développement, leurs stratégies de communication et leurs exercices de gestion.

  • Nous  travaillerons sur  le  développement  économique  avec  les  chefs  d’entreprise,  les salariés, les associations, les chambres consulaires, les organisations professionnelles, la région et l’État et les banques pour favoriser la création d’activité.
  • Nous voulons inviter régulièrement les propriétaires des locaux commerciaux et d’entreprises, les aménageurs, pour proposer des stratégies bénéfiques à l’économie de la ville et la dynamique économique.
  • Nous  souhaitons  pérenniser  et  développer  les  atouts  du  territoire,  et  mettre  en  œuvre une stratégie globale de promotion de notre territoire afin de favoriser l’installation d’activités nouvelles et innovantes.
  • Nous veillerons à accueillir et à permettre le développement des entreprises dans des conditions optimales (dessertes des transports publics, requalification des zones et définition des politiques foncières dans le futur PLUi, fibrage, qualités écologiques, qualification du personnel…). Nous favoriserons tous les secteurs économiques : entreprises, économie sociale et solidaire, structures d’insertion par l’activité économique, structures artisanales…
  • Nous contribuerons à renforcer la place de Besançon comme leader dans les domaines des microtechniques, de l’horlogerie et du biomédical.
  • Nous soutiendrons le lien entre l’excellence de nos laboratoires de recherche et les acteurs économiques afin de favoriser le transfert et l’innovation.
  • Nous  renforcerons  les  alliances  territoriales  avec  les  autres  pôles  régionaux  (Aire  urbaine Nord Franche-Comté…) et nous soutiendrons nos partenariats internationaux, notamment avec la Suisse.
  • Nous proposerons une « maison des services à l’entreprise ». Un guichet unique demandé depuis de nombreuses années. Il pourrait prendre le modèle de la MSAP et ainsi proposer plusieurs points de rencontre sur le territoire.

Besançon est une ville jumelle de Fribourg en Brisgau, ville phare du développement durable en Allemagne. Besançon a tous les atouts pour être celle de la France.

Le rendez-vous est pris au lendemain des élections du 28 juin pour partager très rapidement les actions déjà engagées dans l’après covid, mais celles aussi à court terme qui sont encore en gestation et de bâtir la prospective du moyen et long terme.

La feuille de route des élus qui seront en charge de ces dynamiques sera d’envisager l’ensemble des solutions avec tous les acteurs de l’économie y compris par des actions d’exonération si elles permettent de mobiliser tous les leviers d’une dynamique saine et anticipatrice d’un futur durable.

L’entreprise connait ses forces et ses atouts, la collectivité connait ses missions, il nous faut une grille de lecture de nos relations claire et efficace. Nous en avons une matrice, nous devons la soumettre à l’approbation des entrepreneurs et des communes de notre territoire. A Besançon par nature terre d’innovation, l’alliance pour une nouvelle stratégie de l’activité économique et de l’emploi est une priorité.

Taille des caractères
Fort contraste